Die Kapelle

Chapelle du Stromberg

 

Die Kapelle

Droben stehet die Kapelle

Schauet still ins Tall hinab .

Drunten singt bei Wies’ und Quelle

Froh und hell der Hirtenknab’,

 

Traurig tönt das Glöcklein nieder

Schauerlich der Leichenchor

Stille sind die frohen Lieder,

Und der Knabe lauscht empor.

 

Droben bringt man sie zu Grabe,

Die sich freuten in dem Tal.

Hirtenknabe, Hirtenknabe !

Dir auch singt man dort einmal.

Uhland ( poète romantique allemand du XIX siècle)

 

La Chapelle

Là-haut, s’élève la chapelle

Elle contemple calmement la vallée

En bas, dans les prés qui ruissellent

Chante tout joyeux le berger

 

La cloche résonne tristement

Le chœur des morts donne le frisson

Les chants gais cessent un moment

Le berger écoute le bourdon

 

Là-haut,ils vont être enterrés

Ceux qui vivaient heureux dans ce beau pays

Jeune berger, jeune berger

On chantera là-haut pour toi aussi

                                                                  Traduction André Lhommé


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.